Le prix, ce n’est pas toujours le plus important !

LE PRIX N’EST PAS TOUJOURS LE PLUS IMPORTANT!

Très souvent je rencontre autant des vendeurs que des acheteurs et quand vient le temps de parler de la possibilité de faire une transaction, ils ne parlent que du prix sans même penser à toutes les autres conséquences que contient la promesse d’achat.

On a qu’à penser à la date de la prise de possession et de signature de l’acte notarié. On a beau avoir le bon prix mais si la date ne correspond pas à nos besoins, ce n’est probablement pas possible de s’entendre. En prenant comme exemple le fait que si vous vendez votre propriété et que vous devez quitter le 25 août prochain, une promesse d’achat sur la maison que vous convoitez devra correspondre à une date de déménagement logique pour tout le monde. Dans plusieurs cas, les gens voudront avoir un peu de temps avant l’aménagement pour faire quelques travaux de rénovation, de peinture ou même juste de faire un grand ménage complet avant. Donc dans notre exemple, on pourrait demander dans la promesse d’achat de passer chez le notaire le 18 août et de prendre possession à cette date également pour laisser du temps pour les petites rénovations et la peinture. On doit comprendre ici que même si le prix accepté est le bon mais que vous ne pouviez pas aménager avant le mois de décembre, ce ne serait pas un idéal pour vous. Les vendeurs de cette propriété pourraient ne pas pouvoir accepter une date antérieure pour la simple et bonne raison que leur construction neuve ne sera pas prête avant cette date.

Parfois les familles doivent agencer la date de fin et/ou de début des classes pour les enfants et ils vont prioriser les possibilités de déménagement à l’intérieur de cette plage. On peut comprendre que c’est souvent non négociable et qu’ils ne procéderont pas à l’achat d’une propriété si la date ne peux correspondre à leur besoin bien au-delà du prix offert.

À l’inverse, parfois nous réussissons à finaliser une transaction en monnayant cette fameuse date, c’est-à-dire que soit l’acheteur va payer un peu plus pour obtenir la date convoitée afin que le vendeur soit dédommagé du fait qu’il doit quitter dans une période qui n’est pas son idéal. Il devra sans doute débourser plus, soit pour de l’entreposage et/ou pour des frais de location d’appartement à court terme pour le temps entre la livraison de la maison qu’il quitte et jusqu’à la prise de possession de sa nouvelle demeure. Il arrive que le vendeur pour ne pas perdre la vente, trouve refuge pour quelque temps chez un membre de sa famille mais il devra quand même souvent payer pour entreposer ses effets personnels et les meubles en attendant sa nouvelle propriété.

On pourrait prendre également l’exemple de l’acheteur qui décide de faire une promesse d’achat au prix demandé par le vendeur mais avec une date de prise de possession dans un an. Dépendant de la situation du vendeur, il pourrait y voir un avantage à demeurer dans la maison durant tout ce temps et ça lui donne du délai pour faire ses recherches pour une nouvelle propriété. Lorsqu’il s’agit d’une personne âgée, souvent elle aime passer un dernier moment dans sa maison avant de prendre le chemin d’une résidence car c’est souvent depuis plusieurs années qu’elle demeure dans la maison et qu’elle y a élevé sa famille et les souvenirs qui s’y rattachent font en sorte que c’est plus difficile de quitter.

Des vendeurs sont prêts à vendre un peu moins cher si la date correspond exactement à leur besoin et c’est comprenable. Moins de casse-tête, pas de frais supplémentaires pour de l’entreposage et/ou de logement. Pas de besoin de transporter les enfants à l’école durant quelques semaines jusqu’à la fin des classes ou pour commencer l’année scolaire dans une nouvelle école, celle qui dessert le nouveau secteur de la nouvelle maison. C’est parfois très laborieux juste d’y penser.

Dans un prochain texte, je pourrai même vous décrire la situation de mon père qui se retrouve justement à vouloir vendre dans le but de s’en aller dans une résidence pour retraités autonomes.