Pour bien travailler, il faut être capable de fermer des tiroirs !

Pour bien travailler dans notre métier, faut être capable de fermer des tiroirs !

Quand on travaille dans le publique, il faut être capable de fermer des tiroirs. Dans le sens que les tiroirs représentent les aléas de la vie. Quand on rencontre des clients, il ne faut jamais laisser transparaître que des journées sont plus difficiles que d’autres. Il peut y avoir différentes raisons pour avoir des problèmes, des clients mécontents, des problèmes avec des fournisseurs, des mésententes avec des collègues de travail mais aussi à la maison, il peut y avoir des jours ou même des semaines où ça ne marche pas comme on voudrait.

Avec les enfants, il arrive que les choses ne se passent pas comme on l’avait prévu. Parfois le manque de sommeil peut faire en sorte que les enfants soient plus irritables et demandent plus d’attention mais du même coup, on doit couper ailleurs pour en donner plus à eux. On se retrouve quelques fois à court d’heures dans une journée. Ne pas arriver à tout faire et remettre à plus tard les choses non pressantes fait en sorte qu’on accumule beaucoup de non urgences qui deviennent tranquillement pas vite des choses plus urgentes. Il faut être capable de doser ces moments et ainsi créer des priorités aux événements qui se succèdent. Ce n’est pas toujours chose facile mais on doit prévoir des moments comme je les appelle, ‘sans rendez-vous’ pour pouvoir avoir un peu de temps pour nous. Je m’amuse souvent à dire à des nouveaux courtiers qui viennent de commencer : tu ne peux pas dire aux clients que tu es en vacances demain et que tu prends une journée plutôt relaxe mais il faut à la place que tu leur mentionnes que tu es très occupé demain et que ton horaire est déjà très chargé, tellement que ça ira à après demain pour les rencontrer. Sinon, les clients pensent que tu ne veux pas t’occuper d’eux et qu’ils ne sont pas assez importants pour toi !

Dans un autre ordre d’idée, à la maison, ce n’est pas toujours les enfants qui prennent du jus de plus mais les conjoints eux aussi peuvent ne pas toujours être sur la même longueur d’onde que nous. C’est un autre problème que nous pouvons avoir mais qu’il ne faut pas parler car c’est mal vu des clients. On entend des réflexion 

Pour toutes sortes de raisons, nous devons être professionnels et séparer la vie privée de la vie publique. Je donne souvent l’exemple de mon Facebook personnel, il est personnel c’est-à-dire que je n’ai pas de client qui sont dans mes amis Facebook sur mon compte personnel. Ça me fait toujours plaisir de les voir sur ma page professionnelle mais je n’ai pas envie que mes clients me voient à la plage avec la famille ou bien à s’amuser avec des amis et tant qu’à y être, les photos de mes enfants en train de brailler pour x raison. Je sais qu’il y a deux écoles de pensées sur le sujet car d’autres disent justement que les clients vont se sentir plus intime avec nous s’ils partagent des moments privilégiés avec nous. Je persiste à dire que je ne suis pas de ce genre.quand ils parlent de certains compétiteurs du genre : il aura pas le temps de s’occuper de moi car ça brasse chez lui y parait… je pense qu’il est en séparation. Donc mon titre s’applique encore une fois à cette situation.

Quand je suis avec des clients, je ne pense pas aux autres clients, je ne réponds pas non plus au cellulaire pour les interrompre et je dois mettre de côté les problèmes qu’il peut y avoir à la maison ou autres. C’est ça être professionnel !Pour chaque métier il y a ses avantages et ses inconvénients mais une chose est certaine encore, c’est que j’y trouve beaucoup plus d’avantages encore et que de toute manière, il faut être passionné pour œuvrer dans le domaine immobilier. Un des grands avantages est celui d’avoir des transactions qui ne se ressemblent jamais. C’est toujours du nouveau. Chaque situation est unique, chaque client est unique et bien sûr, chaque relation que nous établissons avec des gens est unique également.

Je crois que la majorité des courtiers immobiliers ont cette capacité de faire les choses. Si ce n’est pas le cas, ils ne resteront pas longtemps dans le métier. Et c’est sans oublier que les horaires très chargés et surtout très variables demandent beaucoup de coordination et de compréhension de la part du conjoint car la vie familiale en est affecté grandement. Tantôt positivement mais tantôt négativement aussi. Comme je mentionnais un peu plus tôt, il faut savoir jauger ses temps libres et sa vie professionnelle. C’est le secret pour réussir en immobilier. Pour le reste, il suffit de travailler fort et de ne jamais lâcher prise. Dans la vente, si on travaille, ça va toujours déboucher mais il faut pouvoir et avoir la capacité d’attendre que les choses fonctionnent mais dans notre métier, il faut être capable de fermer des tiroirs !