L’après Covid !

Qu’est-ce qui se passe depuis que la Covid 19 est passée !

Ça fait un bout que je n’ai pas écrit de texte ici… j’ai commencé à faire des vidéos sur ma chaîne Youtube et aussi des podcasts sur ‘Mon opinion simplement’ donc j’ai délaissé un peu ce côté.

Plusieurs courtiers ont paniqué dans le début de la crise et moi je disais que nous n’avions rien à craindre pour le moment (lors du début) mais que ce serait dans un an ou deux… et bien nous y sommes maintenant.

Le marché a été très bon pour les vendeurs car nous avions un bon inventaire de propriétés en vente et les acheteurs devenaient de plus en plus voraces pour s’approprier une demeure ou simplement pour se retirer de la ville afin de faire de toutes façons du ‘télétravail’. Les années Covid ont été marquées d’un marché immobilier sans précédent selon moi, l’inventaire s’est écoulé et c’est là que le problème a commencé.

Pour les acheteurs, difficile de trouver une propriété et une fois qu’on en trouve une ben on est pas tout seul à la vouloir… on doit donc surenchérir pour tenter d’obtenir une acceptation de la promesse d’achat. Parfois des acheteurs font sauter des conditions comme celle de l’inspection en bâtiment pour tenter de rendre alléchante leur offre par rapport aux autres. Probablement que beaucoup d’acheteurs se sont fait un peu avoir dans le sens qu’ils ont acheté probablement le plus gros bien de leur vie jusqu’à maintenant mais un peu à l’aveugle. Ils ont d’ailleurs commencé à en voir les conséquences pour certains. D’autres regrettent leur achat et vont même jusqu’à ne plus vouloir aller signer l’acte de vente chez le notaire malgré leur obligation. Nous verrons bien comment le tout se passera quand on sera arrivé à l’automne. Les transactions ‘folles’ seront probablement derrière nous. Le taux d’intérêt aura peut-être fait un bond et ralentira cet engouement pour l’immobilier.

Le problème des acheteurs présentement c’est que les personnes âgées ne se départissent plus de leur maison, ils ne veulent plus vendre car selon moi, ils ont peur de prendre le chemin de la résidence pour personnes âgées ou encore pire, le CHSLD ! Ils ont surement en tête ce qui s’est passé au début de la crise, les résidents de ces résidences ont tout simplement été enfermés comme des prisonniers et n’avaient pas le droit de simplement sortir à l’extérieur. Mon père en fait partie de ces résidents et il m’avait même appelé pour me demander de lui trouver une maison. Il disait : je n’ai rien fait et je suis comme en prison… plus le droit de sortir! Un garde nous empêche de sortir par la porte, on est enfermé !

Imaginez ceux qui sont restés dans leur maison et qui ont été témoin de ces restrictions; pour eux, c’est clair qu’ils ne veulent pas vivre ça.

Pour cette raison, le marché immobilier en est bouleversé ! La roue a cessé de tourner !

Comme dans la population en général, il y aura les moins peureux qui voudront vendre et s’en aller en résidence assez rapidement après la Covid, d’autres seront un peu plus réticents et opteront pour une ou deux années plus tard et en dernier, ceux qui ne voudront plus jamais abandonner leur maison de leur vivant par crainte de se faire enfermer.

Pour les courtiers maintenant, comme j’en parle depuis le début, c’est à compter de cette année que nous en verrons les dommages. L’inventaire de maisons n’étant plus présent en bon nombre, des acheteurs remettent à plus tard leur projet car ils ne trouvent pas leur coup de cœur à eux. D’autres voient les taux d’intérêt monter et écoutent les médias rapporter que le marché va probablement tomber à cause de ça, que la surenchère n’a aucun sens et que les maisons sont beaucoup trop chères… on voit bien ici que les médias se cherchent un autre cheval pour leur cote d’écoute.

Dans la région de Québec, le marché ne tombera pas et le prix ne tombera pas non plus selon moi. J’ai toujours regardé le prix d’une maison en fonction de ce que ça coute pour la construire et ce n’est pas un problème selon moi dans notre coin. Par-contre, quand on regarde le marché ailleurs, déjà à Montréal il y a une différence et quand on s’en va dans l’ouest, c’est encore pire. Pourtant, le prix des matériaux est sensiblement le même et c’est là selon moi que l’on verra un problème. On construit pour 400 000$ mais la valeur est de 800 000$, là on verra probablement une correction de marché tandis qu’ici, c’est beaucoup plus normal comme prix versus le coût de construction.

Cela veut dire pour les courtiers que les transactions se feront plus rares et que nous sommes dépendants des gens plus âgés qui décideront quand la roue recommencera à tourner et que l’inventaire disponible augmentera faisant en sorte que les acheteurs reprendront le goût d’avoir un nouveau chez soi à eux en espérant que les taux d’intérêt ne les décourageront pas.

Leave a Comment

Your email address will not be published.