Engager un courtier immobilier pour acheter ? C’est pas une mauvaise idée !

Un contrat de courtage acheteur, vous connaissez?

 

Depuis la réforme de la Loi sur le Courtage immobilier de 2010, il existe ce type de contrat. En fait, c’est une entente que le client acheteur prend envers un courtier afin qu’il lui trouve une propriété répondant à ses critères. Il faut dire que c’est aussi un contrat qui implique le courtier afin qu’il prenne les moyens nécessaires pour lui trouver ladite propriété. Afin de répondre à la question de qui va payer les honoraires du courtier, je vais en expliquer la majeure partie.

Le courtier s’engage à trouver la propriété de rêves envers l’acheteur qui a signé une telle entente. Le courtier prendra les moyens, dépensera de l’argent afin de dénicher cette perle rare. Il passera beaucoup de temps à faire des recherches, à effectuer une pré-sélection parfois même à en visiter quelques-unes avant d’y accompagner son client et ceci dans le but d’éviter des pertes de temps au niveau de l’acheteur. Le courtier immobilier pourra même présenter les maisons qui ne sont pas inscrites auprès d’un courtier immobilier, c’est-à-dire celles qui sont annoncées par leur propriétaire directement. La question de la rétribution n’étant pas un problème. Le courtier rédigera tous les documents relatifs et assurera le suivi de toutes les étapes jusqu’à la signature de l’acte de vente chez le notaire.

 

Le promettant acheteur, lui s’engage à effectuer ses recherches toujours en collaboration avec son courtier. Il s’engage également à rétribuer celui-ci dans le cas ou une promesse d’achat aboutis sur un achat seulement si la propriété n’est pas inscrite auprès d’une agence immobilière ou d’un courtier immobilier. Dans le contrat de courtage achat, il est prévu que l’acheteur va défrayer les honoraires du courtier si celui-ci n’est pas rétribuer d’une autre façon ou à plus bas tarif que l’entente. C’est d’ailleurs ce qui fait que le courtier ne ménagera rien et mettra tout en œuvre afin de trouver la bonne propriété et ce peu importe qui l’affiche en vente. Le seul but commun étant de la dénicher.

Cette méthode existe depuis longtemps dans d’autres provinces canadiennes et dans la majorité des autres pays. Elle deviendra sûrement une bonne façon de faire par ici dans un avenir rapproché.

Les acheteurs pensent qu’ils devront payer plus par le fait qu’ils signent un contrat de courtage avec un courtier mais en fait, le montant de la rétribution fait partie du prix de vente d’une propriété que ce soit le vendeur qui la paie par l’intermédiaire de son contrat de courtage signé avec un courtier ou l’acheteur qui l’ajoute à son prix d’achat dans le cas d’une propriété vendue par son propriétaire. Au final, l’important pour notre acheteur est de ne payer que la valeur marchande de la propriété ou moindre malgré que nous rencontrions des acheteurs prêts à payer plus si c’est la propriété rêvée pour leur besoin dans le secteur convoité. De plus, les institutions prêteuses ont ajusté la façon de traiter avec les dossiers impliquant un contrat de courtage achat. Elles appliquent maintenant la rétribution à payer au courtier directement à l’hypothèque immobilière de la même façon que si le prix de vente englobait ce même montant. C’est donc dire que maintenant, la mécanique est en place pour la bonne marche de ce relativement nouveau moyen de faire des affaires avec les courtiers immobiliers.

Personnellement je pense que c’est une excellente nouvelle pour tout le monde. En effet, ça met en position le courtier de trouver la meilleurs occasion pour ses clients en faisant abstraction du risque de ne pas avoir de rétribution, c’est-à-dire du risque de ne pas avoir de salaire pour le travail effectué car souvent les gens ne réalisent pas que les honoraires du courtier sont la paie du jeudi du courtier mais il faut comprendre aussi que les courtiers ne reçoivent pas de paie proprement dit à tout les jeudi… les montants qui sont ainsi encaissés peuvent paraitre énormes mais il faudra y enlever les frais dépensés et les diviser sur toute l’année pour obtenir un salaire hebdomadaire. Ce sujet sera d’ailleurs traité dans un de mes prochains textes.

Pour l’acheteur, il n’a pas à se demander s’il va manquer une opportunité du fait que ce pourrait être une propriété qui n’est pas inscrite auprès d’un courtier. Il n’a pas non plus à effectuer des recherches connexes pour ne pas passer à côté d’une occasion. Il peut compter sur la pleine collaboration de son courtier car il est engagé par contrat afin d’effectuer le travail demandé. Dans le cas de gens qui sont transférés pour le travail et que les recherches deviennent une course contre la montre lors de petits voyages pour trouver le nouveau nid familiale, le courtier peut effectuer des pré-visites afin de limiter les visites aux propriétés les plus susceptibles de répondre aux critères de recherche et ainsi rendre la tâche beaucoup plus conscrite et en éliminant les pertes de temps reliées à la visite de propriétés qui ne répondent pas du tout à la demande des acheteurs.

Si vous avez l’intention de magasiner une maison, trouvez-vous un courtier de confiance et avec qui vous avez des affinités et que vous vous sentez entre bonnes mains. Il se pourrait que ce soit un membre de notre équipe, n’hésitez pas à nous rencontrer et nous pourrons vous démontrer que nous sommes les gens qui répondront à vos moindres besoins en matière de marché immobilier et même au niveau financier hypothécaire, nous avons de belles offres pour vous!

Le volet familial de ma vie de courtier immobilier !

Le volet familial, associé de ma vie de courtier immobilier !

Pour ceux et celles qui me connaissent moins, j’ai une conjointe qui est sans aucun doute mon meilleur atout. Nous faisons une belle équipe dans toutes les facettes de notre vie.

Nous sommes parents de 5 petits bonheurs âgés de 9 mois à 9 ans qui sont une grande source d’inspiration pour nous. Dès leur naissance ils nous accompagnent au bureau et passent leurs journées entières avec nous jusqu’à l’âge de 18 mois environ. C’est le moment où la garderie devient leur terrain de jeu et où ils apprennent à côtoyer les amis et la vie en société.

Nos enfants font partie de notre quotidien à 100% et nous partageons bien notre temps entre le travail et les loisirs en famille. Il faut dire que nous sommes une famille organisée puisque au niveau du travail, il faut être disponible presque 24/24 sur les deux pans. Et il faut pouvoir conjuguer avec les imprévus tant au niveau du travail (promesse d’achat à présenter en exemple) que lorsqu’un ou des enfants sont malades. Il faut pouvoir s’ajuster et les enfants s’y font également. On leur montre rapidement nos devoirs au niveau du travail et la complexité des horaires parfois mais rien n’est insurmontable.

Résidents de Neuville depuis plus de 25 ans maintenant et travaillant dans le secteur depuis plus de 15 ans comme courtier immobilier, on peut dire qu’on connait bien le secteur et le métier malgré que nous pouvons dire qu’il faut constamment être à l’affût des changements des règles et nouvelles pratiques du courtage immobilier et suivre la formation continue obligatoire afin de se maintenir à jour.

Dans le cadre d’activités où l’on va accompagner les enfants, on fait régulièrement la rencontre de gens qui nous demandent comment on fait avec 5 enfants pour arriver à tout faire en plus des activités sportives et/ou culturelles des enfants? C’est simplement avec de la coordination entre les agendas et différents horaires qu’on y arrive. Le fait que nous soyons polyvalents autant au travail qu’à la maison aide grandement ainsi que de pouvoir travailler autant à partir du bureau que de la maison que sur la route fait en sorte que nous pouvons répondre aux clients facilement et rapidement. Il y a aussi les autres membres de l’équipe qui font partie de la famille en quelque sorte. Les enfants aussi y sont pour quelque chose car ils comprennent les enjeux et prennent part à l’agencement de toute cette mise en scène afin de réaliser de grandes choses ensemble.

Dans un prochain texte, vous y retrouverez un exemple de ce à quoi peut ressembler une de nos journées… de semaine et de fin de semaine !

Le nid familial, pas toujours facile de s’y introduire !

Pas toujours facile de s’introduire dans le nid familial

Souvent nous sommes appelés à rencontrer des gens qui vivent différents problèmes : l’argent, une séparation, une maison qui devient problématique (travaux à faire) ou encore, le décès d’un ou de ses propriétaires, ne sont que quelques exemples. Il nous faut alors prendre en considération l’état émotionnel de ces personnes quand vient le temps de jaser de la mise en vente de la propriété.

Dans ce premier texte sur ce sujet, je vais vous entretenir sur le cas d’une succession. Il faut d’abord comprendre le besoin de ces gens : est-ce que c’est pour une vente rapide? Est-ce que quelqu’un habite toujours la maison? Est-ce qu’on connait des choses par rapport à l’état de la maison? Devons-nous vendre sans garantie de qualité, aux risques et périls de l’acheteur? Ce ne sont que quelques points auxquels il faut s’attarder afin de bien diriger la mise en vente.

Souvent, dans le cas où la ou les personnes n’habitent plus la propriété, le liquidateur voudra procéder assez rapidement car il y a plusieurs facteurs qui font en sorte que ça devient problématique de conserver la propriété plus longtemps. On a qu’à penser aux primes d’assurances habitation qui augmenteront considérablement et pouvant même parfois plus que doubler du coût habituel. Les assureurs tentent de se tenir loin des maisons inhabitées car selon eux, il y a plus de risques associés à ce genre de contrat et c’est pour cette raison qu’ils ne veulent pas assurer ou ils vont augmenter la prime en conséquence des risques analysés par leur département d’analyse des risques. Un bris de la plomberie ou du système électrique pourrait survenir et entrainer des coûts supplémentaires pour conserver le bien dans le meilleur état possible pour la revente.

Dans ces cas, le prix sera affiché parfois même en bas du prix du marché afin d’inviter le plus grand nombre d’acheteurs possible dans un délai le plus court possible. Le but est de vendre à un prix raisonnable pour la succession et éviter de potentiels problèmes à la propriété qui pourraient arriver avant la signature d’un acte de vente.

C’est toujours lorsque le liquidateur garde en tête que le prix de mise en vente ne doit pas refléter la partie ‘valeur sentimentale’ du bien. Lorsque ce sont plusieurs personnes qui prennent les décisions, c’est souvent plus difficile d’arriver à un consensus au niveau de la valeur la plus probable. Certains dans le groupe ne veulent pas faire abstraction de leurs sentiments envers la propriété ou même envers la personne décédée. Si le défunt avait déjà parlé de combien il vendrait sa maison et comment il la voyait par rapport à ses voisins, c’est encore plus difficile.

En tant que courtier immobilier appelé à faire la mise en vente, je suggère souvent de nommer une personne qui sera autorisée à signer les documents au nom des autres héritiers afin de ne pas assister ou même m’ingérer à l’intérieur du conseil familial. De cette façon, ils prennent les décisions entre eux et la personne désignée me revient avec le verdict.  Je n’ai donc pas à traiter avec tous les héritiers mais plutôt avec la personne mandatée à la signature et à la prise de décision concernant la mise en vente.

C’est la même situation qui se présente lorsque vient le temps de répondre à une promesse d’achat, les héritiers peuvent être présents lors de la présentation de la promesse d’achat afin que je puisse répondre aux interrogations s’il y en a mais j’essaie de quitter pour les laisser discuter ensemble à moins qu’ils ne demandent que je reste pendant leur plaidoyer…

Généralement les gens sont bien contents lorsqu’une promesse d’achat devient acceptée et espèrent régler rapidement sans tracas ni possibilité d’éventuelles poursuites. C’est d’ailleurs la raison pourquoi presque la totalité des ventes qui se font dans le cas d’une succession le sont sans garantie de qualité, aux risques et périls de l’acheteur. Les héritiers ou le liquidateur n’ont souvent jamais habité la propriété sinon, ça fait plusieurs années qu’ils ont quitté pour fonder leur propre famille.

Dans un prochain texte, je vous entretiendrai des cas de séparation du couple et la mise en vente de la propriété afin de liquider le plus gros bien détenus par le couple et ainsi souvent mettre un terme final à la relation dans le cas des couples sans enfants.